The Electric Dreams

Mon coin ciné, lectures, séries & co

Ce spin-off de la série The Fosters est centré sur deux jeunes femmes déjà connues dans cette dernière : Callie et Mariana Adams Foster, deux sœurs adoptives. Elles déménagent à Los Angeles après leur étude, font leurs débuts dans la vie active…. et emménagent dans un logement communautaire.

Interprétées par Maia Mitchell et Cierra Ramirez, Callie et Mariana ne sont pas abordées uniquement comme deux jolies filles. Je ne connais que peu la série The Fosters, mais force est de constater qu’on peut apprécier Good Troubles sans la connaître, et l’apprécier. Les quelques clés que j’avais sur The Foster se limitaient à celles-ci : deux femmes homosexuelles ont cinq enfant dont l’un provient d’un précédent mariage de l’une d’elle et les quatre provenant d’adoptions.

La série aborde des thématiques fortes telles que les discriminations sociales et raciales, le sexisme ou la transophobie. Pour une série qui semblait très teen, les showrunners semblent peu frileux et sortent du politiquement correct américain, sans aller jusqu’à créer des morales bidons. Si les scènes de sexe sont plus que présentes, on reste quand même sur une chaîne familiale.

Le personnage de Mariana est tout simplement génial. Diplômée de MIT, elle est embauchée dans une grosse start-up, Speckulate, et se retrouve confrontée au sexisme ambiant : son groupe de travail est exclusivement masculin, et son leader est machiste en plus d’être raciste et bourré de préjugés.
Callie rencontre également des difficultés dans son premier emploi, aux côtés d’un juge fédéral conservateur. Grâce à la présence de Callie, plus progressiste, il espère pouvoir contrecarrer les arguments que la partie adverse pourrait également présenter en amont des procès.

Les relations sont complexes, souvent matures. La vie en communauté nous offre de belles histoires et beaucoup de drama. Si les résidents sont moins au centre des intrigues (mais pas moins responsables du drama), ils sont traités de manière honnête à l’écran et on s’attache autant à eux qu’à Callie et Mariana. Si le personnage de Gael attire énormément l’attention, je regrette que Evan Speck, le patron de Speckulate, ne soit pas plus développé. Sans être la série de l’année (2019), la première saison m’avait plu. La deuxième saison moins, pour être tout à fait honnête. De manière globale, les différents scénarios reposent sur énormément de flashbacks, ce qui est lassant. En début d’année, Freeform a annoncé le renouvellement de Good Troubles pour une troisième saison.

Un visionnage hors de mes critères habituels, frais, juste ce qu’il faut de girly mais plein de drama. À réserver aux amateur·rice·s d’histoires de vie(s).

Thèmes principaux : drama, amours compliqués, vie active.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :